Young leaders & Haute trahison

19 septembre 2018

Nous évoquions précédemment le biberonnage massif dont a bénéficié en particulier Macron, en tant que membre d’une certaine caste. Nous nous en étions tenus à ses limites hexagonales. Or un fait est systématiquement et soigneusement éludé par les médias, son entourage et lui-même : son recrutement par la French-American Foundation pour son programme « Young Leaders » (jeunes dirigeants). Le fait est que si l’on n’en parle pas, il n’aura pas besoin de prétendre que cet organisme n’aura eu aucun rôle dans ce parcours, ce qui est préférable car il n’aura pas les moyens de le faire disparaître… En effet celui-ci dépasse même ses prérogatives de président de la République Française puisque lui et son programme dépendent de la puissance étrangère dont ils servent les intérêts, à savoir les USA.

Les fuites salutaires qui ont transité par Wikileaks nous ont appris que les services de renseignements américains avaient été mis en branle par la nomination de Macron au sein de la cellule élyséenne de François Hollande, en informant immédiatement Hillary Clinton alors secrétaire d’État de Barack Obama. Pourquoi ? Pourquoi un « terne haut fonctionnaire » susciterait-il l’intérêt des services secrets américains ? Pourquoi auraient-ils suivi son parcours ? Simplement parce que quelque part, il était des leurs. Parce qu’il avait déjà, en quelque sorte, été « recruté« .

Le programme Young Leaders, même s’ils ne sont pas forcément si « jeunes« , sert à sélectionner les individus qui dans le futur pourraient parvenir à des postes dont l’influence se révélerait significative. Il peut s’agir du monde politique, économique, journalistique, universitaire, culturel, militaire (oui, oui, militaire !), humanitaire… Le programme arrose large. Il s’agit donc de s’assurer que l’idéologie défendue, promue, par ces personnes, est la « bonne« . L’objectif initial assumé était de combattre le sentiment antiaméricain de « l’élite«  française. Et rien de tel pour inculquer cet objectif, que de créer des liens transatlantiques entre ces personnes et des résidents états-uniens via des séminaires – voyages « découvertes » tous frais payés. On notera la corde sensible touchée par ce programme chez ceux à qui il est proposé, qui dure longtemps et ne coûte rien à ses promoteurs : la vanité.

Évidemment, il serait mal venu de critiquer tout effort réalisé dans l’optique de créer des liens entre les peuples… si ce n’est que l’échange idéologique y est manifestement à sens unique. La fondation a originellement été créée pour, pardon, par les USA, non par la France après tout. Et son intitulé ne s’écrit certes pas en français.

À la manœuvre de ce programme se trouve donc la French-American Foundation. Nous pouvons avoir une idée précise des intentions de cet organisme en regardant ce qui se cache derrière, à savoir qui le finance. Et nous arrivons alors au NED, pour National Endowment for Democracy que nous pourrions traduire par « fonds de dotation national pour la démocratie« .

Évidemment, il serait mal venu de critiquer tout effort réalisé dans l’optique de favoriser la démocratie…

Les financements du NED, pourtant présenté comme une ONG, proviennent principalement de diverses agences gouvernementales des USA. Le ministère des affaires étrangères aussi lui consacre une partie de son budget, ainsi que des associations financées sur fonds fédéraux, même indirectement. Les plus grandes multinationales du pays, connues pour leur goût de leur propre liberté, abondent également ses fonds. Leur emploi conduit généralement à des opérations de déstabilisation de régimes étrangers dérangeant la suprématie des USA dans les domaines politique ou économique, ou celle de leurs entreprises. Une certaine idée de la démocratie donc. Celle de l’économie capitaliste néolibérale pro-étatsunienne.

Mais Macron – dont on peut se demander s’il a ou non lui-même postulé, car on peut le faire, vanité disions-nous – n’est pas le seul à avoir été sélectionné clameront ses défenseurs : il y en a plus ou moins 10 par an de chaque côté, plus de 500 depuis 1976. Et c’est bien là le problème, l’infiltration est déjà dramatiquement répandue : les quelques noms suivants vous évoquent-ils quelque chose ?

  • Alain Juppé (ministre des finances, des affaires étrangères, Premier ministre) – promotion 1981.
  • François Hollande (député, président du parti « Socialiste« , président de la République) – 1996.
  • Édouard Philippe (Premier ministre), que personne en France ne connaissait non plus avant son mandat à Matignon à part les Havrais dont il a hérité de la municipalité, et dans le port de laquelle s’exerce le pouvoir de la MSC[1] familiale d’Alexis Kohler ; qui a exercé à Areva de 2007 à 2010, société dirigée par Anne Lauvergeon de 1999 à 2010 aussi… Elle-même ayant fait partie de la promotion 1996 avec Hollande. Comme quoi le monde est petit – 2011.
  • Emmanuel Macron (secrétaire général adjoint de l’Élysée, ministre de l’Économie et des Finances, président de la République) – 2012.

Au passage, on ne s’étonnera plus de ce fait que le leader charismatique de Wikileaks, Julian Assange, ou encore Édouard Snowden, ni Chelsea Manning, n’aient bénéficié d’un quelconque soutien de la part de la France ni sous Hollande, ni sous Macron et Philippe.

Mais, chers lecteurs, allez donc prendre connaissance[2] des diverses promotions, malgré des trous qui interpellent 85/88, 90/93 et 97 : c’est assez impressionnant.

Aller, nous vous en sélectionnons quelques-uns : Emmanuelle Mignon, Najat Valaud-Belkacem, Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, Philippe Askenazy, Valérie Pécresse, Mathieu Pigasse, Stéphane Fouks, Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Chain, Arnaud Montebourg, Patrick Riché, Pierre Moscovici, Dennis Olivennes, François Villeroy de Galhau, Bernard Guetta, Alain Minc, Jean-Marie Colombani, Alain Richard, Christine Ockrent, Guy Sorman, Jean-Noël Jeanneney, Jérôme Clément…

Comme nous le constatons, beaucoup de personnel politique, qui souvent n’a jamais connu que cette activité, et bien des figures des médias – on n’ose plus à leur égard employer le terme de journaliste, car souvent ils ne produisent pas ou plus d’informations.

Pas mal comme pioche, non ? Et quelle idéologie ces personnes ont-elles défendue ? Comment, par qui, pourquoi, ont-elles été promues, cooptées ? Sélection prémonitoire ou performative ? Il pourrait y figurer des dissidents, des repentis, mais nous attendons qu’ils l’annoncent et le prouvent.

Et pendant que vous serez là, jetez donc un œil aux instances dirigeantes de ladite fondation.

Plus récemment, en 2012, a été créée la France China Foundation, recrutant également ses Young Leaders. Pourquoi un intitulé en anglais pourrait-on se demander ? Le français ne ferait-il pas assez attirant ? On se rend compte que Jacques Attali est dans la boucle de la mise en place de la structure. La promotion 2013 a semble-t-il accueilli Macron (qui ne figure cependant plus dans la liste officielle du site internet) et Philippe. Si l’on en croit ce qu’il se produisit récemment, ils auront au moins retiré de cette fréquentation des méthodes de maintien de l’ordre made in China – ou PRC (Popular Republic of China) comme il l’est de préférence indiqué aujourd’hui pour faire moins visible.

Jetez donc l’autre œil sur ses recrues, c’est déjà édifiant.

À cette aune, les politiques qu’auront mises en place ou soutenues ces divers Young Leader l’ont-elles été dans l’intérêt de la France ou de l’idéologie promue par tous les moyens par une puissance étrangère ? Si oui, ne devraient-ils pas, au même titre que certains anciens militaires français devenus sans encombre employés de la NSA, être passibles de poursuite pour Haute Trahison ?

Nous pourrions de nouveau citer le décidément très lucide et pertinent Jean-Pierre Jouyet : « Il faut toujours se souvenir de comment on est là. »


[1] Mediterranean Shipping Company : armateur italo-suisse de porte-conteneurs et de navires de croisières.

[2] https://french-american.org/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :